.
Accueil  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

 :: Everybody wants to rule the world :: Textes fondamentaux Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

{ 1. Contexte }

avatar
Messages : 55
Habitant de la Citadelle depuis : 05/08/2016
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 14 Fév - 1:14
CONTEXTE
"Does this darkness have a name ?"
Citadelle de Niflheim, 3017.

Le monde a connu une catastrophe sans nom qui a poussé la population à se réfugier dans une ville dôme. Si les circonstances de ce cataclysme sont, selon le désir du Gouvernement, tombées dans l’oubli, la plupart de la population sait que la Terre est inhabitable en dehors du dôme.

Depuis 2545, l’Humanité a pris un nouveau départ et bien que le gouvernement s’efforce de renvoyer l’image d’une société parfaite, la réalité est loin d’être aussi idyllique. Les Humains cohabitent avec des Aberrations, des monstres au visage humain et au même titre que les Humains, elles ont pu venir se réfugier à Niflheim.
Les Aberrations sont des parias de la société, qui n’ont ni droit sur leur propre vie, ni sur leurs pensées les plus intimes. Les Humains sont certains qu’ils sont impliqués dans la catastrophe mondiale.

Les Exécuteurs, chiens du Gouvernement que l’on côtoie comme de vieux amis arrivent dans la pièce, prêts à arracher des vies et briser des familles. Leur sourire vicieux me donne la nausée. J’ai toujours envie de hurler jusqu’à m’en décoller les poumons. Je ne le fais jamais, car cela reviendrait à renoncer à ma propre vie. Dans ces moments-là, je ne parviens pas à faire la différence entre une Aberration et un Humain. Ces derniers ont démontré leur supériorité face à une race plus redoutable qu’eux. Nous n’avons pas eu d’autres choix que de plier face à une technologie supérieure à la nôtre.
Je regarde cette adolescente longuement. Je la regarde s’agenouiller devant ses bourreaux, sans un mot, sans permettre à une larme de rouler sur sa joue. Elle a déjà accepté la finalité de son histoire. On ne se prépare jamais à la mort des autres. On se refuse à penser qu’un frère, un père, un ami pourrait nous quitter demain alors que notre propre mort nous paraît comme une évidence. Des sanglots étouffés s’élèvent dans l’assemblée alors qu’elle s’effondre lourdement sur le sol.

Nous leur devons tout.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ORENA NIFLHEIM :: Everybody wants to rule the world :: Textes fondamentaux-
Sauter vers: